Commentaires des clients



Histoire d'adoption et d'indifférence comme forteresse...

« J’avais 6 ans lorsque j’ai finalement changé de nom de famille. Le long processus qui mena à mon adoption officielle était enfin terminé. Je ne sais trop si c’est depuis ce jour là, ou bien avant, que j’ai commencé à construire ce mur d’indifférence. J’avais tellement peur d’être rejeté à nouveau, peur d’aimer, peur de m’abandonner aux autres que j’ai construis cette immense forteresse qui me protégeait de toute blessure physique et psychologique. Et pourtant je souffrais, je souffrais tellement que je ne savais pas par où commencer pour me départir de cette construction qui n’avait plus sa raison d’être. Je me suis donc éparpillé dans ma vie toujours en quête d’attention et d’amour sans toutefois pouvoir en donner en retour. Malgré cet état de survie que j’ai traîné pendant plus de 30 ans, j’ai réussi à fonder une famille, trouver l’amour et l’amitié, trouver un certain équilibre mais profondément, je souffrais.

Puis j’ai tenté la thérapie de couple, qui a fait un bout de chemin en moi, mais qui n’était pas ce que j’avais besoin. Ensuite, j’ai tenté une thérapie traditionnelle individuelle qui ne correspondait pas vraiment à cette détresse intérieure. Puis, un jour, au détour de ma vie, je débute l’ICV avec un certain scepticisme. Moi, l’insensible, l’homme loin de ses émotions qui allait fermer ses yeux et tenter de ressentir quelque chose en s’imaginant certaines situations de sa vie, j’en doutais…

Pourtant, 2 années plus tard, je peux affirmer que la méthode de l’ICV a semé en moi quelque chose d’inexplicable, impossible à quantifier, et qui ne cesse de se manifester jour après jour dans ma vie. J’ai réussi à solidifier mon moi intérieur, sans même le réaliser, au fur à mesure de ma thérapie. J’ai réussi à reconstruire un moi intérieur différent, sensible, plus solide, qui accepte ses défauts et ses limites. Pour la majorité des gens il est impossible de voir la différence puisque ma personnalité extérieure est sensiblement la même. Mais pour tout ce que je vis à l’intérieur, je le fais d’une façon positive et tellement plus constructive. L’ICV n’a peut-être pas sauvé ma vie, car j’aurais pu me contenter de survivre le reste de ma vie, mais cette thérapie m’a donné cet air de fraîcheur, de légèreté et cette force intérieure qui m’aide à établir des liens positifs avec mes enfants et mon entourage.

Merci.

G.



CLINIQUE PSYCHO BIEN-ÊTRE - Intégration du cycle de la vie
24 boul. Concorde Est, suite #205, Laval, Québec

Courriel : icv@videotron.ca • Téléphone : (438) 390-0939

Tous droits réservés © Élise Castonguay